Analyse descriptive des situations d’aide par des proches vivant sous le même toit

Publié le : 28 octobre 2012-Mis à jour le : 22 août 2019

Cette recherche exploite, en les combinant, deux volets de l’enquête Handicap-Santé 2008 : l’enquête consacrée aux personnes vivant en ménages ordinaires (HSM) et l’enquête complémentaire auprès des aidants informels (HSA). L’enquête HSM offre l’opportunité rare d’embrasser des populations en général clivées selon le statut administratif des personnes, l’âge et la nature ou l’étiologie des déficiences.

La recherche établit une typologie en 8 classes homogènes des personnes en situation de handicap et de perte d’autonomie bénéficiant de l’aide informelle d’un proche vivant sous le même toit : 4 classes pour les plus autonomes, 2 pour celles de niveau d’autonomie intermédiaire avec des performances très basses dans certaines activités et aucune difficulté dans d’autres et 2 classes de personnes lourdement handicapées, fortement dépendantes dans toutes les dimensions de la vie. Définir ces profils à partir de l’intensité et de la nature des limitations d’activités et de participation sociale et non des catégorisations des politiques publiques (enfants handicapés, adultes handicapés, personnes âgées) permet de montrer qu’un même besoin d’aide peut être commun à des situations très variées en termes d’âge et d’étiologie. Par exemple, la classe 8 comprend à la fois des personnes âgées à un stade avancé de la maladie d’Alzheimer et des jeunes enfants polyhandicapés.

Pour aller plus loin dans la définition de ces situations d’aide, cette typologie des « aidés » est ensuite croisée avec le lien de parenté unissant l’aidant à la personne aidée et la catégorisation de cette dernière par les politiques publiques. Cette approche conduit à distinguer près d’une quarantaine de « binômes aidants-aidés », regroupant chacun 10 000 à 650 000 des 3,5 millions de ces situations d’aide. Les 4 binômes formés par des personnes âgées ou handicapées de classes 1 ou 2 (les plus autonomes) avec leur conjoint représentent près de la moitié des situations (1,6 million), mais d’autres binômes ont également des effectifs élevés. La recherche décrit et compare 23 binômes au total. La grande hétérogénéité des situations est mise en lumière.

Enfin, une typologie des répercussions de l’aide apportée sur la vie de l’aidant telles qu’il les ressent (sentiment général et aspects négatifs) a été réalisée. Les 5 classes décrites vont de l’absence de répercussions (55 % des situations) aux répercussions multiples (17 %). Cette dernière analyse, seulement initiée, vient tester l’intérêt d’avoir défini les binômes aidants-aidés.

À propos du laboratoire

L’ANCREAI (nouvelle fenêtre) est l’Association nationale des centres régionaux d’études, d’actions et d’informations en faveur des personnes en situation de vulnérabilité. Depuis quelques années, l’ANCREAI s’est structurée en un organisme de recherche privé qui dispose d’une équipe nationale de chercheurs, au sein du pôle Études Recherches Observation (PERO), issue des 14 CREAI, produisant de nombreuses recherches et études depuis plusieurs années. Les résultats de ces différents travaux sont diffusés dans des publications scientifiques, dans le cadre des publications du réseau des CREAI (Vie sociale, Le Colporteur, Bulletin d’informations…) et des conférences, mais aussi en réalisant des interventions dans des colloques et séminaires de recherche.

Contact 

Carole Peintre, responsable des études
ANCREAI
Courriel : carole.peintre@ancreai.org

Références du projet : n° 096
Appel à projets 2010 – Handicap et perte d’autonomie » (DREES)
Titre : Les aidants informels cohabitant avec une personne en situation de handicap ou de perte d’autonomie (projet dirigé par Carole Peintre).

Documents à télécharger

Fiche de résultat de recherche : Analyse descriptive des situations d’aide par des proches vivant sous le même toit ( PDF, 202.01 Ko )
Retour en haut