Un tableau de bord numérique pour mieux coordonner les interventions au domicile d’une personne âgée

Publié le : 05 décembre 2015-Mis à jour le : 05 mai 2020

Ce dispositif qui visait fonctionnellement à améliorer la coordination des personnes intervenant au domicile afin d’améliorer la qualité de vie de la personne âgée et de ses proches combinait :

  • une brique logicielle destinée à collecter des informations envoyées manuellement par la personne et par l’ensemble de ses aidants et automatiquement par un ensemble de capteurs disposés au domicile, à trier et à traiter ces informations et à les distribuer dans le réseau : mise en relation vocale, envoi de rappels, déclenchements d’alertes… ;
  • une brique matérielle mise à disposition de la personne âgée, qui consiste en un tableau de bord affiché sur un écran tactile avec lequel la personne interagit de manière classique ou au moyen de cartes physiques associées à différentes fonctionnalités (technologie RFID). Pour les aidants, l’interface peut s’afficher sur une tablette ou sur un smartphone classique.

Afin de faciliter son acceptabilité par les personnes et son adaptabilité à différentes configurations d’aidants, le dispositif a été développé de manière itérative. Plusieurs générations de prototypes ont ainsi été déployées au domicile dans le cadre d’essais.

Ces différentes campagnes ont permis de démontrer que le système fonctionne sur le plan technique. Toutefois elles ont aussi révélé un certain nombre de difficultés :

  • l’interaction avec l’écran tactile demeure trop complexe pour les utilisateurs de plus de 80 ans ;
  • l’utilisation du dispositif augmente la charge de travail des professionnels et des aidants. La question de la responsabilité des personnes en cas de non-réponse à une demande formulée via le dispositif se pose également ;
  • la sécurité des données est un sujet de préoccupation pour les participants.

Ce projet s’est achevé fin 2015. Il aura surtout permis de montrer que le développement de ce type de dispositif n’est pas qu’une question technique. Il met en jeu l’ensemble de l’organisation des services d’aide à domicile, y compris les aidants. À notre connaissance, ce dispositif n’a pas connu de développement industriel.

À propos du laboratoire

IMinds (nouvelle fenêtre) est un institut de recherche public/privé fondé par le gouvernement flamand en 1982. Il a fusionné avec IMEC en 2016 pour devenir l’institut de microélectronique et composants, institut de recherche interuniversitaire flamand en microélectronique et nanotechnologies situé à Louvain en Belgique. L’institut emploie environ 3 500 personnes de 75 nationalités.

IDLab (Internet Technology and Data science Lab) – nouvelle fenêtre – est une des unités de recherche de l’institut de microélectronique et composants. Il est situé à l’université de Gand.

Les projets sélectionnés dans les appels à projets européens AAL (Active and Assisted Living) associent des laboratoires publics et des entreprises de plusieurs pays européens, car l’objectif est de favoriser le développement de l’économie des seniors (Silver Economy). Les résultats sont le plus souvent confidentiels. Le projet Care4Balance (nouvelle fenêtre) associait plusieurs entreprises et plusieurs centres de recherche belge, néerlandais, suisse et français.

Contact

Dr Ann Ackaert
Business Development Staff
IDLab
Université de Gand
Courriel : Ann.Ackaert@UGent.be

Jasmien Decancq
Project Engineer
Courriel : jdecnacq@vub.ac.be

Référence du projet : n° 154
Appel à projets 2012 – Programme européen Active and Assisted Living (AAL)
Titre : Care for Balancing Informal Care Delivery through On-Demand and Multi-Stakeholder Service Design (A. Ackaert).

Documents à télécharger

Fiche de résultat de recherche Tableau de bord numérique pour mieux coordonner les interventions au domicile d’une personne âgée (PDF, 178.03 Ko)
Retour en haut