Rôle historique de l’UNAFAM dans la politique du handicap psychique

Publié le : 02 mai 2011-Mis à jour le : 14 août 2019

Cette recherche examine le rôle de l’action menée par l’UNAFAM dans les évolutions de la relation entre politiques de santé mentale et politiques du handicap des années 1960 aux années 1980. Au tournant des années 1970, l’UNAFAM lance une expérience de foyers pour malades mentaux chroniques qui apparaissent comme un révélateur de certaines tensions traversant la psychiatrie française aux limites de son action et au croisement des enjeux de la protection des malades, de la réadaptation et de la thérapie. C’est le débat sur le handicap des années 1970 qui apporte une solution à ces tensions, au prix cependant d’une « invisibilisation » du handicap psychique : parce que l’idée même de handicap psychique renvoie désormais à une zone de pratiques et de discours que l’on ne peut plus rattacher à la psychiatrie sans pour autant pouvoir l’en détacher complètement, il devient littéralement impensable pour les protagonistes.

Trois éléments expliquent ce dénouement :

  • une ambiguïté, sinon une ambivalence, concernant les catégories psychiatriques concernées ;
  • l’émergence d’une nouvelle division entre le médical et le social dans les années 1970 et ses conséquences pour la psychiatrie ;
  • le conflit entre usagers et techniciens dans l’élaboration des politiques sociales et de santé.

La recherche, qui s’appuie sur un important travail d’archive et documentaire, développe ces différents éléments dans deux parties. La première analyse la constitution de l’UNAFAM et son discours sur les familles ; la seconde, les manières dont les politiques du handicap ont rencontré les politiques de santé mentale dans les années 1960 et 1970 autour de l’enjeu des foyers pour malades mentaux chroniques.

Pour plus d’information sur ce projet

  • HENCKES N. « Entre maladie et handicap : repenser la critique psychiatrique de la loi du 30 juin 1975 d’orientation en faveur des personnes handicapées », ALTER, European Journal of Disability Research, n° 6, 2012, p. 242-254.
  • HENCKES N. « Entre thérapie et oblation. Le discours de l’UNAFAM sur les familles de malades mentaux (1963-1980) », in GUIGNARD L., GUILLEMAIN H., TISON S. Expériences de la folie. Criminels, soldats, patients en psychiatrie (XIXe-XXe siècles), Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 313-322.

À propos du laboratoire

Le Cermes3, Centre de recherche médecine, sciences, santé, santé mentale, société (nouvelle fenêtre) est un laboratoire multidisciplinaire consacré à l’analyse sociale des transformations contemporaines des mondes des sciences, de la médecine et de la santé ainsi que leurs rapports à la société. Il est l’un des centres de recherche les plus importants dans son champ en Europe. S’ils développent leur expertise sur une diversité de problèmes (professions de santé, fin de vie, maladie mentale, handicap, vieillissement, médicament, brevets du vivant, addictions, génétique…), les chercheurs et enseignants-chercheurs du centre ont pour ambition commune de faire porter leurs enquêtes à la fois sur les savoirs, les pratiques et les politiques de santé.

Trois problématiques transversales structurent le projet scientifique :

  • la place des savoirs, des outils et les questions de l’innovation ;
  • les politiques de santé et les dispositifs d’intervention et de prise en charge ;
  • la mondialisation de la santé.

Contact

Nicolas Henckes, sociologue
Centre de recherche médecine, sciences, santé, santé mentale, société (Cermes3)
Courriel : henckes@vjf.cnrs.fr

Référence du projet n° 031
Appel à projets 2008 – Handicap psychique, autonomie, vie sociale (partenaire : MiRe/DREES)
Titre : L’émergence du handicap psychique, entre transformation de la chronicité des maladies psychiques et reconfiguration de l’action en santé mentale (N. Henckes).

Documents à télécharger

Fiche de résultat de recherche : Rôle historique de l’UNAFAM dans la politique du handicap psychique ( PDF, 207.67 Ko )
Retour en haut