Participation sociale dans la schizophrénie : le rôle des facteurs interpersonnels

Publié le : 17 février 2018-Mis à jour le : 13 janvier 2020

L’objectif de ce projet était d’évaluer le rôle que jouent les facteurs interpersonnels dans les différents domaines de restriction de participation à la vie sociale des personnes souffrant de schizophrénie.

Les modèles de prédiction de la restriction de la participation sociale tels qu’ils apparaissent habituellement dans la littérature scientifique internationale incluent de manière systématique les facteurs personnels tels que la symptomatologie et la neurocognition (vision et émotion, corps et espace, langage, mémoire, développement et apprentissage). Ce projet a globalement confirmé ces modèles classiques déjà connus. Toutefois, il a mis en évidence le rôle important de certains facteurs individuels jusque-là sous-évalués, tels que l’estime de soi. Ce résultat rejoint ceux de travaux antérieurs qui avaient souligné l’importance des facteurs subjectifs dans le retentissement fonctionnel de la schizophrénie.

Plus originaux, les résultats obtenus dans ce projet ont montré que les facteurs interpersonnels venaient ajouter un poids considérable dans les modèles de prédiction de la restriction de la participation sociale : ils suggèrent que le soutien social perçu par les personnes souffrant de schizophrénie et la stigmatisation sont les facteurs les plus influents pour la participation sociale.

Ces résultats originaux ont des retombées à de multiples niveaux dans le champ de la santé mentale, et plus particulièrement du handicap psychique. Ils soulignent le rôle prépondérant des facteurs interpersonnels dans les restrictions de la participation sociale, notamment de la qualité des interactions avec l’entourage proche.

Ces résultats viennent confirmer que le soutien social perçu et la stigmatisation doivent constituer les cibles prioritaires pour l’évaluation et l’accompagnement du handicap psychique, qui restent encore trop ciblés sur les facteurs individuels tels que la symptomatologie ou la neurocognition.

Ce projet de recherche a nécessité un travail très important de validation d’outils de mesure permettant d’obtenir des résultats scientifiquement valides (psychométrie). Deux outils de mesure ont été particulièrement étudiés : une mesure de la participation sociale (la GMAP) et une mesure de la cognition sociale (PECS-B).

N. B. Les résultats présentés ici sont ceux exposés dans le rapport final (2018).

Pour plus d’information sur ce projet

  • ETCHEPARE A., PROUTEAU A. « Toward a two-dimensional model of social cognition in clinical neuropsychology: A systematic review of factor structure studies », Journal of the International Neuropsychological Society, n° 23, 2017, p. 1-14.
  • ETCHEPARE A., ROUX S., DESTAILLATS J.-M., et al. « What are the specificities of social cognition in schizophrenia? A cluster-analytic study comparing schizophrenia with the general population », Psychiatry research, n°272, 2019, p. 369-379.
  • ETCHEPARE A., PROUTEAU A. « Éléments de validation du protocole d’évaluation de la cognition sociale de Bordeaux (PECS-B) en population générale et dans la schizophrénie », Annales médico-psychologiques, revue psychiatrique, volume 176, 2018.

À propos du laboratoire

Les activités de recherches du laboratoire de psychologie de l’université de Bordeaux sont réalisées au sein de deux équipes :

  • Cognition et cognition sociale :
    • fonctionnement et dysfonctionnements, développement, vieillissement et neuropsychologie,
    • fonctionnement normal et psychopathologique ;
  • Construction de l’individu en contexte :
    • développement de l’enfance à l’entrée dans l’âge adulte en milieux écologiques,
    • transformation, innovation et inclusion au travail.

Site du laboratoire (nouvelle fenêtre)

Contact

Antoinette Prouteau
Maîtresse de conférences en psychologie
Laboratoire de psychologie EA 4139
Université de Bordeaux
Courriel : antoinette.prouteau@u-bordeaux.fr

Référence du projet n° 218
Appel à projets Handicap psychique et majeurs protégés (2013 – Institut de recherche en santé publique (IReSP)
Titre : Facteurs interpersonnels et participation sociale dans la schizophrénie (A. Prouteau).

 

Documents à télécharger

Fiche de résultat de recherche : Participation sociale dans la schizophrénie : le rôle des facteurs interpersonnels ( PDF, 149.84 Ko )
Retour en haut