Les centres d’expertise nationaux sur les aides techniques

Publié le : 01 mars 2015-Mis à jour le : 02 août 2016

La recherche, la mise au point, la production et la distribution d’aides techniques de plus en plus efficaces, mais aussi de plus en plus sophistiquées, nécessitent un partenariat d’acteurs variés et mobilisent des ressources importantes qui excèdent les possibilités du seul cadre régional. À l’initiative de son Conseil scientifique et à la suite d’expérimentations lancées en décembre 2010, la CNSA a apporté son soutien de 2011 à 2014 à la création de centres d’expertise nationaux sur les aides techniques (CEN-AT).

Les centres d’expertise nationaux sur les aides techniques (CEN-AT)

  • Le Centre de ressources & d’innovation mobilité handicap (CEREMH) travaille sur la thématique mobilité.
  • Le CEN STIMCO, porté par l’Hôpital Broca de l’APHP, est axé sur la thématique stimulation cognitive.
  • Le CENTICH, lancé par le pôle handicap de la Mutualité Française Anjou Mayenne, se consacre aux interfaces fonctionnant sur l’utilisation des technologies de la communication et de l’information.
  • Le CENROB (dont l’activité est temporairement suspendue depuis avril 2014), porté par le Groupe Languedoc Mutualité, travaillait sur la thématique robotique d’assistance et de rééducation.

Le CEN HABITAT, pris en charge en 2012 par le Centre national de référence « santé à domicile et autonomie » (CNRSDA), a investi la thématique habitat et logement entre novembre 2011 et septembre 2013.

Pour chaque thématique, le centre d’expertise national associe des laboratoires de recherche et d’innovation, des professionnels de la compensation du handicap et de la perte d’autonomie, des usagers et des industriels. Son but est d’accompagner le développement et l’amélioration de nouvelles aides techniques résultant d’une analyse de besoins et apportant une réponse adaptée aux situations spécifiques de handicap et de perte d’autonomie.

Chaque centre inscrit son action dans un réseau international d’expertise, réalise des actions d’intérêt général et est à la fois :

  • Un centre de ressources qui collecte, valide et normalise une information exhaustive sur sa thématique. Cette information est diffusée auprès de l’ensemble des acteurs (professionnels et usagers) ;
  • Un centre d’essai qui met à disposition du matériel et forme les professionnels du handicap intéressés par l’utilisation de certaines aides sophistiquées ;
  • Un centre de veille technologique pour un suivi de l’évolution des produits ;
  • Un centre de formation continue à l’évaluation des besoins des personnes et à l’élaboration des réponses pour les professionnels du handicap ;
  • Un centre de recherche et d’innovation qui favorise l’expression des besoins des utilisateurs dans les programmes de recherche et d’innovation, et fédère les compétences autour d’un projet de conception et/ou de développement et/ou d’industrialisation et/ou de distribution d’une aide technique.

Avancée des travaux

La meilleure prise en charge par les nouveaux financements intervenus avec la création de la PCH et de l’APA favorise une demande croissante des aides techniques.

La constitution d’une information indépendante, fiable et de qualité sur ces aides et l’élaboration de méthodologies et de protocoles d’évaluation du service de compensation qu’elles rendent ont été confiées aux CEN. Une mutualisation des expertises est indispensable pour développer l’ensemble de ces structures sur le territoire national. La question du financement de ces activités à caractère d’intérêt général reste posée.

Quatre des CEN-AT ont bénéficié pendant trois ans d’un financement de la CNSA de 500 000 euros chacun afin de valider le concept, de démontrer son utilité auprès des acteurs de la compensation et de construire un modèle économique durable.

Fort de l’expérience et des connaissances acquises sur les besoins et réponses aux usagers, chaque CEN-AT est amené à fournir à des équipes de recherche ou à des industriels une expertise pour l’élaboration de nouveaux produits ou leur évaluation en situation d’usage.

Avec le soutien de la CNSA, les CEN ont organisé le 23 octobre 2014 un événement commun avec les professionnels et acteurs qui les ont déjà accompagnés ou seraient susceptibles de le faire. À cette occasion ont été présentés les résultats des actions des CEN-AT, illustrés notamment par les partenariats noués autour d’expérimentations ou de projets de recherches.

Le consortium InterCEN : comprendre, évaluer et développer les compétences des personnes handicapées et des personnes âgées en perte d’autonomie dans le champ des aides techniques

Cette organisation InterCEN (CEREMH, CEN STIMCO, CENTICH) s’articule autour de trois volets interdépendants qui sont :

  • l’évaluation du service rendu par les aides techniques ;
  • l’information  sur la compensation par les aides techniques à destination des utilisateurs, des proches et des professionnels ;
  • la formation aux aides techniques tant en direction des professionnels que des utilisateurs (personnes handicapées, personnes âgées et aidants).

Ainsi associés, ces projets poursuivront le développement de services favorisant la connaissance des aides techniques par les utilisateurs finaux et les professionnels en charge de les préconiser et amélioreront le recours à ce type de compensation. Ils visent plus particulièrement à :

  • élaborer un référentiel d’évaluation des aides techniques ;
  • définir une méthode d’ingénierie pour la création de contenus et de supports d’information accessibles, compréhensibles et utilisables par les personnes en situation de handicap et par les personnes âgées en perte d’autonomie (PH/PA) ;
  • cartographier les formations et développer de nouvelles offres de formation pour les professionnels et les utilisateurs finaux.

A télécharger

Projet d’expérimentation - création de centres d’expertise nationaux aides techniques. Rapport de fin d'étape phase 1 - 2009 ( PDF, 739.23 Ko )

Sur le même thème

Retour en haut