Téléassistance : la CNSA finance une étude de l’Institut national de la consommation

Publié le : 27 janvier 2015-Mis à jour le : 15 juin 2015

La CNSA participait ce matin à une conférence organisée par l’Institut national de la consommation qui présentait les résultats d’une étude sur la téléassistance, étude soutenue par la Caisse.

Aujourd’hui, en France, plus de 500 000 personnes sont abonnées à un service de téléassistance. Ces dispositifs d’alerte contribuent à faciliter le maintien à domicile des personnes âgées ou en situation de handicap. Leur utilisation rassure l’usager et son entourage.

L’Institut national de la consommation, avec le soutien de la CNSA, a évalué plusieurs services de téléassistance. Le Centre d’expertise national des technologies de l’information et de la communication pour l’autonomie (CENTICH) a réalisé une étude de terrain avec un panel de personnes âgées qui a testé le service pendant trois mois. L’INC a ensuite complété l’étude par une analyse juridique des contrats.

L’étude démontre que les services de téléassistance testés remplissent uniquement leur fonction première qui est de déclencher une alerte, mais qu’ils demeurent trop limités pour remplir un véritable rôle de relais auprès des personnes fragiles. Par ailleurs, ils ne prennent pas suffisamment en compte la réalité des situations d’usage (impossibilité de converser avec la plateforme si l’usager n’est pas dans la pièce où se trouve la base téléphonique, service inadapté aux personnes avec une déficience auditive, manque de système de détection de chute...). Enfin, certains contrats comportent encore des clauses susceptibles d’être qualifiées d’abusives ou des lacunes sur certains sujets (la suspension des contrats, la protection des données personnelles, les assurances...).

A télécharger

Synthèse étude téléassistance.pdf ( PDF, 167.73 Ko )

Ailleurs sur le web

Le dossier de l'INC sur conso.net
Retour en haut