Les maisons départementales des personnes handicapées et les groupes d’entraide mutuelle présentés hors de nos frontières

Publié le : 30 mai 2016-Mis à jour le : 10 juin 2016

Membre de l’European Social Network - ou Réseau social européen - depuis mars 2013, la CNSA échange régulièrement avec d’autres institutions européennes sur les politiques publiques d’aide à l’autonomie. Elle leur a par exemple présenté les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) et les groupes d’entraide mutuelle (GEM).

Souhaitant bénéficier d’échanges internationaux pour enrichir ses propres travaux, tout en faisant connaître les initiatives et les politiques publiques menées en France dans le champ de l’autonomie, la CNSA a rejoint le Réseau social européen en mars 2013.

L’European Social Network (ESN), qu’est-ce que c’est ?

L’European social network, ou Réseau social européen, est une association financée par la Commission européenne, dans le cadre de son « Programme pour l’emploi et l’innovation sociale ». Créé en 1998, il rassemble aujourd’hui plus de 120 membres de 35 pays européens.
Ses membres sont principalement des services publics locaux d’aide aux personnes vulnérables (municipalités, départements ou équivalents) et des organismes nationaux œuvrant dans le champ de l’action sociale au sens large.

Le Réseau social européen entend faciliter la rencontre et les échanges entre ses membres et ainsi être force de propositions et d’analyse sur les politiques publiques menées envers les personnes vulnérables en Europe.

Il organise la conférence annuelle des services sociaux européens et des séminaires sur des thématiques en lien avec l’action sociale : l’enfance et la famille, les personnes âgées, les personnes en situation de handicap, la santé mentale, le développement du soin communautaire, les services sociaux intégrés, le management des services sociaux, les politiques d’évaluation et d’innovation. Il diffuse de l’information, publie des documents relatifs à ces thématiques, et participe ainsi à l’élaboration d’une politique européenne autour de l’action sociale.

La CNSA, relais des politiques publiques françaises du handicap au niveau européen

Membre du groupe « handicap », la CNSA a participé à un séminaire sur l’approche intégrée et la coopération intersectorielle en faisant connaître le modèle des maisons départementales des personnes handicapées, un groupement d’intérêt public permettant d’associer en son sein les principales parties prenantes de la politique du handicap.
Elle a également contribué, lors d’un séminaire de travail sur le thème « vieillissement et accompagnement », à l’identification de problématiques partagées par les différents pays européens et pouvant faire l’objet de travaux d’échanges de pratiques au sein du réseau. Tout récemment, la CNSA a participé, dans le cadre du groupe « handicap », à un séminaire à Sofia (Bulgarie) sur la participation et l’implication des personnes dans la définition des politiques publiques du handicap. Elle y a  présenté deux sujets :

  • les groupes d’entraide mutuelle (GEM), et comment les personnes sont partie prenante de l’organisation même des GEM ;
  • l’axe 3 de la démarche « réponse accompagnée pour tous » : le soutien par les pairs, avec des projets visant à renforcer la participation des personnes concernées à leur accompagnement et aux politiques publiques (participation accrue dans toutes les instances, rôle de médiateurs, formation de pair-aidants…).

Les autres participants, la Bulgarie, la Croatie, le Danemark, l’Espagne, le Royaume-Uni et la Suède, ont présenté des dispositifs visant à mieux associer les personnes à la définition et à l’élaboration des politiques publiques locales.

Les échanges ont permis de constater des problématiques communes, quel que soit le pays. La réflexion sur :

  • une logique de parcours, sans rupture, sous-tendue par des financements plus souples ;  
  • la désinstitutionnalisation des accompagnements et leur individualisation ;
  • l’intégration des demandes toujours croissantes de compensation du handicap dans des contextes économiques de moins en moins favorables.

Mais tous les membres n’en sont pas au même stade. Certains pays construisent et développent seulement leurs premières actions pour les personnes en situation de handicap, avec des moyens très contraints. À titre d’exemple, un seul taxi privé est adapté pour les personnes en fauteuil roulant à Sofia…

Ailleurs sur le web

Site de l'European social networkEn savoir plus sur le séminaire du groupe « handicap » des 4 et 5 avril 2016
Retour en haut